Total # of books: 24993. Max. 5000 are shown.
found: 5000 books on 200 pages. This is page 1
- Next page

 
Administration des contributions indirectes. Instruction N°I relative à l'exécution du décret impérial du 8 avril 1815. Système d'impôt sur les boissons
Imprimerie Impériale, à Paris 1815, 13,5x22cm, 50pp. (1), cousu. Edition originale. Broché. 3 cahiers cousus entre eux. Non coupé. Le décret impérial, qui eut lieu durant les Cent Jours concerne un adoucissement du régime d'imposition pour les boissons. La plaquette contient l'ensemble des articles qui règlent les comportements liés aux boissons : vendanges, syndicats,droits d'entrée,stockage, tarifs des licences pour les brasseurs et autres... - Imprimerie Impériale, à Paris 1815, 13,5x22cm, 50pp. (1), cousu. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition. Paperback. 3 books sewn together. Uncut. The imperial decree, which took place during the Hundred Days A softening of the tax system for drinks. The pack contains all articles that regulate behaviors beverages: harvest, trade unions, rights of entry, storage, licensing prices for brewers and others ... --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 20475
€  250.00 [Appr.: US$ 264.19 | £UK 213 | JP¥ 29622]

 
[ANONYME]
Advertissement aux françois sur les causes et consequences des troubles presens, et de l'intention du manifeste de Monsieur le Prince de Condé
S.n., S.l. 1615, 23pp., relié. Edition originale. Reliure en cartonnage à la bradel bleu marine XIXe. Frottements aux coiffes avec pertes de papier, sur les plats et le long des bordures. L'écrit date certainement d'avant la majorité du Roi qui eut lieu en 1614, le texte évoquant la minorité. Réponse au Manifeste du Prince de Condé sur les désordres actuels du royaume, lequel cherchait à relancer la Ligue et la guerre civile pour arracher le pouvoir au jeune Louis XIII, gouvernée par la reine mère. L'auteur, commentant l'actualité, et notamment la réunion des Etats-Généraux nie qu'il y ait en France des désordres, réhabilite la mariage précoce du roi avec l'infante d'Espagne, et dénonce les rebellions contre le roi dans l'histoire. - S.n., S.l. 1615, 23pp., relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] first edition. Binding cardboard in the blue bradel navy nineteenth. Rubbing on spine with paper losses on the flat and along the borders.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 55366
€  180.00 [Appr.: US$ 190.22 | £UK 153.25 | JP¥ 21328]

 
[Affaire Landru] Photographie originale : Landru écoute la lecture du verdict le condamnant à mort
Branger, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. Photographie de presse originale, épreuve argentique d'époque tirée sur papier cartonné et légendée dans le cadre. On y voit Landru, les mains jointes dans le box des accusés, entouré de deux gendarmes. Tampon violet de l'atelier Branger au verso. Rare photographie dans un très bel état de conservation. Surnommé ""le Barbe Bleue de Gambais"", Henri-Désiré Landru (1869-1922) est le protagoniste de l'une des plus grandes affaires criminelles du XXème siècle, devenant le premier tueur en série moderne français. A partir de 1900, après avoir exercé de nombreuses professions pour subvenir aux besoins de sa famille (il a épousé sa cousine, une blanchisseuse dont il a eu quatre enfants), il fait ses débuts dans la carrière de petit escroc. Landru alterne entre des amendes et de courtes peines de prison dont il parvient à éviter l'entière exécution sur la base d'expertises de médecins aliénistes qui le déclarent dans ""un état mental maladif, qui sans être de la folie, n'est plus du moins l'état normal"". En 1914, suite à sa dernière escroquerie, une carambouille concernant l'achat-vente d'un garage, il est condamné à une peine de prison assortie d'une relégation au bagne de Guyane. Il parvient à prendre la fuite, est alors définitivement contraint de vivre dans la clandestinité et très probablement de se débarrasser de victimes qui seraient susceptibles de le reconnaître. La situation économique et sociale de l'époque, à l'aube de la première guerre mondiale, est favorable à son nouveau mode de vie. Sous des noms différents (plus de 90 pseudonymes au total), il se fait passer pour un veuf esseulé et prospère. Il entreprend alors, par l'intermédiaire de petites annonces dans les journaux, de séduire des femmes désireuses de sortir de leur solitude (beaucoup de maris sont tombés au front) et possédant quelques économies ; il promet à chacune le mariage. Il parviendra ainsi à rencontrer près de 300 femmes. Méticuleux, il rédige des lettres et établit une fiche précise pour chaque conquête éventuelle (description physique, situation familiale, fortune et patrimoine...). Il sélectionne les femmes au potentiel intéressant et les invite dans ses garçonnières, des pavillons de campagne isolés d'abord à Vernouillet puis à Gambais dans les Yvelines. Landru les séduit alors en leur promettant la stabilité matrimoniale et subtilise leurs biens avant de se débarrasser d'elles. Les plaintes des Gambaisiens pour des disparitions de villageoises se multiplient et les soupçons se portent rapidement sur Landru, dont la cheminée de la maison, hiver comme été, dégage une fumée noire et nauséabonde. L'avancée de l'enquête est rendue difficile par les nombreuses identités endossées par le suspect. Et c'est par hasard que Landru sera reconnu par un proche de victime, sortant d'un magasin rue de Rivoli et arrêté en avril 1919. Lors des perquisitions des maisons louées par Landru, les enquêteurs retrouvent des débris humains au milieu de tas de cendres. Ils mettent également la main sur une comptabilité très précise (scies, billets de train...) et plusieurs agendas mystérieux. Les cartes d'accès au procès sont limitées, le procès se déroulant à Versailles dans une salle d'audience exiguë, elles sont donc activement recherchées et alimentent un véritable marché noir. Le Tout-Paris est présent : vedettes du music-hall (Mlle Polaire, Mistinguett), romanciers (André Salmon, Colette, Roland Dorgelès, Rudyard Kipling), membres de grandes familles royales (la princesse Hélène de Grèce, la petite-fille du prince de Monaco, le prince héritier de Perse). La presse française et internationale est elle aussi sur le devant de la scène : Henri Béraud pour la presse d'opposition, H. G. Wells pour le compte du Petit journal. La lecture de l'acte d'accusation dure trois heures. La culpabilité de Landru n'a jamais pu être formellement prouvée, les corps des femmes n'ayant jamais été retrouvés. Il est cependant accusé du meurtre de dix femmes et du fils de l'une d'entre elles et condamné à la guillotine. - Branger, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Original press photography, antique silver print on paper and drawn caption under, we see there Landru, hands clasped in the dock, flanked by two gendarmes. Branger purple stamp of the workshop at the back.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 51042
€  500.00 [Appr.: US$ 528.38 | £UK 425.75 | JP¥ 59245]

 
[Affaire Landru] Photographie originale : Landru s'entretenant avec son avocat pendant le réquisitoire de Me Godefroy
Rol, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. Photographie de presse originale, épreuve argentique d'époque tirée sur papier. On y voit Landru pensé sur le bord du box, s'adressant à son avocat Maître Moro-Giafferi. Légende ronéotypée et tampon violet de l'atelier Rol. Rare photographie dans un très bel état de conservation. Surnommé ""le Barbe Bleue de Gambais"", Henri-Désiré Landru (1869-1922) est le protagoniste de l'une des plus grandes affaires criminelles du XXème siècle, devenant le premier tueur en série moderne français. A partir de 1900, après avoir exercé de nombreuses professions pour subvenir aux besoins de sa famille (il a épousé sa cousine, une blanchisseuse dont il a eu quatre enfants), il fait ses débuts dans la carrière de petit escroc. Landru alterne entre des amendes et de courtes peines de prison dont il parvient à éviter l'entière exécution sur la base d'expertises de médecins aliénistes qui le déclarent dans ""un état mental maladif, qui sans être de la folie, n'est plus du moins l'état normal"". En 1914, suite à sa dernière escroquerie, une carambouille concernant l'achat-vente d'un garage, il est condamné à une peine de prison assortie d'une relégation au bagne de Guyane. Il parvient à prendre la fuite, est alors définitivement contraint de vivre dans la clandestinité et très probablement de se débarrasser de victimes qui seraient susceptibles de le reconnaître. La situation économique et sociale de l'époque, à l'aube de la première guerre mondiale, est favorable à son nouveau mode de vie. Sous des noms différents (plus de 90 pseudonymes au total), il se fait passer pour un veuf esseulé et prospère. Il entreprend alors, par l'intermédiaire de petites annonces dans les journaux, de séduire des femmes désireuses de sortir de leur solitude (beaucoup de maris sont tombés au front) et possédant quelques économies ; il promet à chacune le mariage. Il parviendra ainsi à rencontrer près de 300 femmes. Méticuleux, il rédige des lettres et établit une fiche précise pour chaque conquête éventuelle (description physique, situation familiale, fortune et patrimoine...). Il sélectionne les femmes au potentiel intéressant et les invite dans ses garçonnières, des pavillons de campagne isolés d'abord à Vernouillet puis à Gambais dans les Yvelines. Landru les séduit alors en leur promettant la stabilité matrimoniale et subtilise leurs biens avant de se débarrasser d'elles. Les plaintes des Gambaisiens pour des disparitions de villageoises se multiplient et les soupçons se portent rapidement sur Landru, dont la cheminée de la maison, hiver comme été, dégage une fumée noire et nauséabonde. L'avancée de l'enquête est rendue difficile par les nombreuses identités endossées par le suspect. Et c'est par hasard que Landru sera reconnu par un proche de victime, sortant d'un magasin rue de Rivoli et arrêté en avril 1919. Lors des perquisitions des maisons louées par Landru, les enquêteurs retrouvent des débris humains au milieu de tas de cendres. Ils mettent également la main sur une comptabilité très précise (scies, billets de train...) et plusieurs agendas mystérieux. Les cartes d'accès au procès sont limitées, le procès se déroulant à Versailles dans une salle d'audience exiguë, elles sont donc activement recherchées et alimentent un véritable marché noir. Le Tout-Paris est présent : vedettes du music-hall (Mlle Polaire, Mistinguett), romanciers (André Salmon, Colette, Roland Dorgelès, Rudyard Kipling), membres de grandes familles royales (la princesse Hélène de Grèce, la petite-fille du prince de Monaco, le prince héritier de Perse). La presse française et internationale est elle aussi sur le devant de la scène : Henri Béraud pour la presse d'opposition, H. G. Wells pour le compte du Petit journal. La lecture de l'acte d'accusation dure trois heures. La culpabilité de Landru n'a jamais pu être formellement prouvée, les corps des femmes n'ayant jamais été retrouvés. Il est cependant accusé du meurtre de dix femmes et du fils de l'une d'entre elles et condamné à la guillotine. - Rol, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Original press photography, antique silver print on paper and drawn caption under, we see there Landru, hands clasped in the dock, flanked by two gendarmes. Branger purple stamp of the workshop at the back.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 51047
€  500.00 [Appr.: US$ 528.38 | £UK 425.75 | JP¥ 59245]

 
[AFFAIRE DU PRETRE SICILIEN CONTRAFATTO.] Minutes du procès, audience du 15 Octobre 1827 sous la présidence de M. de Monmerqué
B. Warée, Paris 1827, 13,5x21cm, broché. Edition originale. Bel exemplaire. Rare. - B. Warée, Paris 1827, 13,5x21cm, broché. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First edition. A very good copy. Rare.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 13825
€  120.00 [Appr.: US$ 126.81 | £UK 102.25 | JP¥ 14219]

 
[Affaire Landru] Photographie originale : Le procès de Landru - 3e journée. Landru ne peut concevoir que le témoin ait une aussi mauvaise opinion de lui !
Agence de reportage photographique Meurisse, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. Photographie de presse originale, épreuve argentique d'époque tirée sur papier et légendée au verso. On y voit Landru, levant les mains d'un air surpris et interrogateur. Tampon violet de l'atelier Meurisse et légende ronéotypée au verso. Rare photographie dans un très bel état de conservation. Surnommé ""le Barbe Bleue de Gambais"", Henri-Désiré Landru (1869-1922) est le protagoniste de l'une des plus grandes affaires criminelles du XXème siècle, devenant le premier tueur en série moderne français. A partir de 1900, après avoir exercé de nombreuses professions pour subvenir aux besoins de sa famille (il a épousé sa cousine, une blanchisseuse dont il a eu quatre enfants), il fait ses débuts dans la carrière de petit escroc. Landru alterne entre des amendes et de courtes peines de prison dont il parvient à éviter l'entière exécution sur la base d'expertises de médecins aliénistes qui le déclarent dans ""un état mental maladif, qui sans être de la folie, n'est plus du moins l'état normal"". En 1914, suite à sa dernière escroquerie, une carambouille concernant l'achat-vente d'un garage, il est condamné à une peine de prison assortie d'une relégation au bagne de Guyane. Il parvient à prendre la fuite, est alors définitivement contraint de vivre dans la clandestinité et très probablement de se débarrasser de victimes qui seraient susceptibles de le reconnaître. La situation économique et sociale de l'époque, à l'aube de la première guerre mondiale, est favorable à son nouveau mode de vie. Sous des noms différents (plus de 90 pseudonymes au total), il se fait passer pour un veuf esseulé et prospère. Il entreprend alors, par l'intermédiaire de petites annonces dans les journaux, de séduire des femmes désireuses de sortir de leur solitude (beaucoup de maris sont tombés au front) et possédant quelques économies ; il promet à chacune le mariage. Il parviendra ainsi à rencontrer près de 300 femmes. Méticuleux, il rédige des lettres et établit une fiche précise pour chaque conquête éventuelle (description physique, situation familiale, fortune et patrimoine...). Il sélectionne les femmes au potentiel intéressant et les invite dans ses garçonnières, des pavillons de campagne isolés d'abord à Vernouillet puis à Gambais dans les Yvelines. Landru les séduit alors en leur promettant la stabilité matrimoniale et subtilise leurs biens avant de se débarrasser d'elles. Les plaintes des Gambaisiens pour des disparitions de villageoises se multiplient et les soupçons se portent rapidement sur Landru, dont la cheminée de la maison, hiver comme été, dégage une fumée noire et nauséabonde. L'avancée de l'enquête est rendue difficile par les nombreuses identités endossées par le suspect. Et c'est par hasard que Landru sera reconnu par un proche de victime, sortant d'un magasin rue de Rivoli et arrêté en avril 1919. Lors des perquisitions des maisons louées par Landru, les enquêteurs retrouvent des débris humains au milieu de tas de cendres. Ils mettent également la main sur une comptabilité très précise (scies, billets de train...) et plusieurs agendas mystérieux. Les cartes d'accès au procès sont limitées, le procès se déroulant à Versailles dans une salle d'audience exiguë, elles sont donc activement recherchées et alimentent un véritable marché noir. Le Tout-Paris est présent : vedettes du music-hall (Mlle Polaire, Mistinguett), romanciers (André Salmon, Colette, Roland Dorgelès, Rudyard Kipling), membres de grandes familles royales (la princesse Hélène de Grèce, la petite-fille du prince de Monaco, le prince héritier de Perse). La presse française et internationale est elle aussi sur le devant de la scène : Henri Béraud pour la presse d'opposition, H. G. Wells pour le compte du Petit journal. La lecture de l'acte d'accusation dure trois heures. La culpabilité de Landru n'a jamais pu être formellement prouvée, les corps des femmes n'ayant jamais été retrouvés. Il est cependant accusé du meurtre de dix femmes et du fils de l'une d'entre elles et condamné à la guillotine. - Agence de reportage photographique Meurisse, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Original press photography, antique silver print on paper and drawn caption under, we see there Landru, hands clasped in the dock, flanked by two gendarmes. Branger purple stamp of the workshop at the back.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 51044
€  550.00 [Appr.: US$ 581.22 | £UK 468.25 | JP¥ 65169]

 
[Affaire Landru] Photographie originale : Le procès de Landru - 3e journée. Landru affirme à nouveau sa parfaite correction à l'égard de Me Cuchet
Agence de reportage photographique Meurisse, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. Photographie de presse originale, épreuve argentique d'époque tirée sur papier et légendée au verso. On y voit Landru, s'adressant au tribunal, les mains sur la poitrine ; à ses côté, est assis un gendarme le fixant les mains jointes. Tampon violet de l'atelier Meurisse et légende ronéotypée au verso. Rare photographie dans un très bel état de conservation. Surnommé ""le Barbe Bleue de Gambais"", Henri-Désiré Landru (1869-1922) est le protagoniste de l'une des plus grandes affaires criminelles du XXème siècle, devenant le premier tueur en série moderne français. A partir de 1900, après avoir exercé de nombreuses professions pour subvenir aux besoins de sa famille (il a épousé sa cousine, une blanchisseuse dont il a eu quatre enfants), il fait ses débuts dans la carrière de petit escroc. Landru alterne entre des amendes et de courtes peines de prison dont il parvient à éviter l'entière exécution sur la base d'expertises de médecins aliénistes qui le déclarent dans ""un état mental maladif, qui sans être de la folie, n'est plus du moins l'état normal"". En 1914, suite à sa dernière escroquerie, une carambouille concernant l'achat-vente d'un garage, il est condamné à une peine de prison assortie d'une relégation au bagne de Guyane. Il parvient à prendre la fuite, est alors définitivement contraint de vivre dans la clandestinité et très probablement de se débarrasser de victimes qui seraient susceptibles de le reconnaître. La situation économique et sociale de l'époque, à l'aube de la première guerre mondiale, est favorable à son nouveau mode de vie. Sous des noms différents (plus de 90 pseudonymes au total), il se fait passer pour un veuf esseulé et prospère. Il entreprend alors, par l'intermédiaire de petites annonces dans les journaux, de séduire des femmes désireuses de sortir de leur solitude (beaucoup de maris sont tombés au front) et possédant quelques économies ; il promet à chacune le mariage. Il parviendra ainsi à rencontrer près de 300 femmes. Méticuleux, il rédige des lettres et établit une fiche précise pour chaque conquête éventuelle (description physique, situation familiale, fortune et patrimoine...). Il sélectionne les femmes au potentiel intéressant et les invite dans ses garçonnières, des pavillons de campagne isolés d'abord à Vernouillet puis à Gambais dans les Yvelines. Landru les séduit alors en leur promettant la stabilité matrimoniale et subtilise leurs biens avant de se débarrasser d'elles. Les plaintes des Gambaisiens pour des disparitions de villageoises se multiplient et les soupçons se portent rapidement sur Landru, dont la cheminée de la maison, hiver comme été, dégage une fumée noire et nauséabonde. L'avancée de l'enquête est rendue difficile par les nombreuses identités endossées par le suspect. Et c'est par hasard que Landru sera reconnu par un proche de victime, sortant d'un magasin rue de Rivoli et arrêté en avril 1919. Lors des perquisitions des maisons louées par Landru, les enquêteurs retrouvent des débris humains au milieu de tas de cendres. Ils mettent également la main sur une comptabilité très précise (scies, billets de train...) et plusieurs agendas mystérieux. Les cartes d'accès au procès sont limitées, le procès se déroulant à Versailles dans une salle d'audience exiguë, elles sont donc activement recherchées et alimentent un véritable marché noir. Le Tout-Paris est présent : vedettes du music-hall (Mlle Polaire, Mistinguett), romanciers (André Salmon, Colette, Roland Dorgelès, Rudyard Kipling), membres de grandes familles royales (la princesse Hélène de Grèce, la petite-fille du prince de Monaco, le prince héritier de Perse). La presse française et internationale est elle aussi sur le devant de la scène : Henri Béraud pour la presse d'opposition, H. G. Wells pour le compte du Petit journal. La lecture de l'acte d'accusation dure trois heures. La culpabilité de Landru n'a jamais pu être formellement prouvée, les corps des femmes n'ayant jamais été retrouvés. Il est cependant accusé du meurtre de dix femmes et du fils de l'une d'entre elles et condamné à la guillotine. - Agence de reportage photographique Meurisse, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Original press photography, antique silver print on paper and drawn caption under, we see there Landru, hands clasped in the dock, flanked by two gendarmes. Branger purple stamp of the workshop at the back.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 51045
€  600.00 [Appr.: US$ 634.06 | £UK 511 | JP¥ 71094]

 
[Affaire Landru] Photographie originale : Landru se rendant à son audition
Agence de reportage photographique Meurisse, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. Photographie de presse originale, épreuve argentique d'époque tirée sur papier et légendée au verso. On y voit Landru, se rendant à son audition, son dossier sous le bras, entouré de trois gendarmes. Tampon violet de l'atelier Meurisse et légende ronéotypée au verso : ""Et voici Landru se rendant à son audience à la cour d'assises de Versailles. On dirait certes plutôt un avocat venant de rendre visite à son client dans la prison qu'un inculpé ayant à répondre de [?] assassinats."" Rare photographie dans un très bel état de conservation. Surnommé ""le Barbe Bleue de Gambais"", Henri-Désiré Landru (1869-1922) est le protagoniste de l'une des plus grandes affaires criminelles du XXème siècle, devenant le premier tueur en série moderne français. A partir de 1900, après avoir exercé de nombreuses professions pour subvenir aux besoins de sa famille (il a épousé sa cousine, une blanchisseuse dont il a eu quatre enfants), il fait ses débuts dans la carrière de petit escroc. Landru alterne entre des amendes et de courtes peines de prison dont il parvient à éviter l'entière exécution sur la base d'expertises de médecins aliénistes qui le déclarent dans ""un état mental maladif, qui sans être de la folie, n'est plus du moins l'état normal"". En 1914, suite à sa dernière escroquerie, une carambouille concernant l'achat-vente d'un garage, il est condamné à une peine de prison assortie d'une relégation au bagne de Guyane. Il parvient à prendre la fuite, est alors définitivement contraint de vivre dans la clandestinité et très probablement de se débarrasser de victimes qui seraient susceptibles de le reconnaître. La situation économique et sociale de l'époque, à l'aube de la première guerre mondiale, est favorable à son nouveau mode de vie. Sous des noms différents (plus de 90 pseudonymes au total), il se fait passer pour un veuf esseulé et prospère. Il entreprend alors, par l'intermédiaire de petites annonces dans les journaux, de séduire des femmes désireuses de sortir de leur solitude (beaucoup de maris sont tombés au front) et possédant quelques économies ; il promet à chacune le mariage. Il parviendra ainsi à rencontrer près de 300 femmes. Méticuleux, il rédige des lettres et établit une fiche précise pour chaque conquête éventuelle (description physique, situation familiale, fortune et patrimoine...). Il sélectionne les femmes au potentiel intéressant et les invite dans ses garçonnières, des pavillons de campagne isolés d'abord à Vernouillet puis à Gambais dans les Yvelines. Landru les séduit alors en leur promettant la stabilité matrimoniale et subtilise leurs biens avant de se débarrasser d'elles. Les plaintes des Gambaisiens pour des disparitions de villageoises se multiplient et les soupçons se portent rapidement sur Landru, dont la cheminée de la maison, hiver comme été, dégage une fumée noire et nauséabonde. L'avancée de l'enquête est rendue difficile par les nombreuses identités endossées par le suspect. Et c'est par hasard que Landru sera reconnu par un proche de victime, sortant d'un magasin rue de Rivoli et arrêté en avril 1919. Lors des perquisitions des maisons louées par Landru, les enquêteurs retrouvent des débris humains au milieu de tas de cendres. Ils mettent également la main sur une comptabilité très précise (scies, billets de train...) et plusieurs agendas mystérieux. Les cartes d'accès au procès sont limitées, le procès se déroulant à Versailles dans une salle d'audience exiguë, elles sont donc activement recherchées et alimentent un véritable marché noir. Le Tout-Paris est présent : vedettes du music-hall (Mlle Polaire, Mistinguett), romanciers (André Salmon, Colette, Roland Dorgelès, Rudyard Kipling), membres de grandes familles royales (la princesse Hélène de Grèce, la petite-fille du prince de Monaco, le prince héritier de Perse). La presse française et internationale est elle aussi sur le devant de la scène : Henri Béraud pour la presse d'opposition, H. G. Wells pour le compte du Petit journal. La lecture de l'acte d'accusation dure trois heures. La culpabilité de Landru n'a jamais pu être formellement prouvée, les corps des femmes n'ayant jamais été retrouvés. Il est cependant accusé du meurtre de dix femmes et du fils de l'une d'entre elles et condamné à la guillotine. - Agence de reportage photographique Meurisse, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Original press photography, antique silver print on paper and drawn caption under, we see there Landru, hands clasped in the dock, flanked by two gendarmes. Branger purple stamp of the workshop at the back.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 51048
€  600.00 [Appr.: US$ 634.06 | £UK 511 | JP¥ 71094]

 
[Affaire Landru] Photographie originale : Nov. 1921 - Aux assises de Versailles. Landru devant ses juges, à droite debout ses 2 défenseurs Mes Moro-Giafferu et Navières
Branger, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. Photographie de presse originale, épreuve argentique d'époque tirée sur papier cartonné. On y voit Landru assis dans le box, entouré de trois gendarmes, devant lui ses deux avocats Moro-Giafferu et Navières. Légende et tampon violet de l'atelier Branger au verso. Rare photographie dans un très bel état de conservation. Surnommé ""le Barbe Bleue de Gambais"", Henri-Désiré Landru (1869-1922) est le protagoniste de l'une des plus grandes affaires criminelles du XXème siècle, devenant le premier tueur en série moderne français. A partir de 1900, après avoir exercé de nombreuses professions pour subvenir aux besoins de sa famille (il a épousé sa cousine, une blanchisseuse dont il a eu quatre enfants), il fait ses débuts dans la carrière de petit escroc. Landru alterne entre des amendes et de courtes peines de prison dont il parvient à éviter l'entière exécution sur la base d'expertises de médecins aliénistes qui le déclarent dans ""un état mental maladif, qui sans être de la folie, n'est plus du moins l'état normal"". En 1914, suite à sa dernière escroquerie, une carambouille concernant l'achat-vente d'un garage, il est condamné à une peine de prison assortie d'une relégation au bagne de Guyane. Il parvient à prendre la fuite, est alors définitivement contraint de vivre dans la clandestinité et très probablement de se débarrasser de victimes qui seraient susceptibles de le reconnaître. La situation économique et sociale de l'époque, à l'aube de la première guerre mondiale, est favorable à son nouveau mode de vie. Sous des noms différents (plus de 90 pseudonymes au total), il se fait passer pour un veuf esseulé et prospère. Il entreprend alors, par l'intermédiaire de petites annonces dans les journaux, de séduire des femmes désireuses de sortir de leur solitude (beaucoup de maris sont tombés au front) et possédant quelques économies ; il promet à chacune le mariage. Il parviendra ainsi à rencontrer près de 300 femmes. Méticuleux, il rédige des lettres et établit une fiche précise pour chaque conquête éventuelle (description physique, situation familiale, fortune et patrimoine...). Il sélectionne les femmes au potentiel intéressant et les invite dans ses garçonnières, des pavillons de campagne isolés d'abord à Vernouillet puis à Gambais dans les Yvelines. Landru les séduit alors en leur promettant la stabilité matrimoniale et subtilise leurs biens avant de se débarrasser d'elles. Les plaintes des Gambaisiens pour des disparitions de villageoises se multiplient et les soupçons se portent rapidement sur Landru, dont la cheminée de la maison, hiver comme été, dégage une fumée noire et nauséabonde. L'avancée de l'enquête est rendue difficile par les nombreuses identités endossées par le suspect. Et c'est par hasard que Landru sera reconnu par un proche de victime, sortant d'un magasin rue de Rivoli et arrêté en avril 1919. Lors des perquisitions des maisons louées par Landru, les enquêteurs retrouvent des débris humains au milieu de tas de cendres. Ils mettent également la main sur une comptabilité très précise (scies, billets de train...) et plusieurs agendas mystérieux. Les cartes d'accès au procès sont limitées, le procès se déroulant à Versailles dans une salle d'audience exiguë, elles sont donc activement recherchées et alimentent un véritable marché noir. Le Tout-Paris est présent : vedettes du music-hall (Mlle Polaire, Mistinguett), romanciers (André Salmon, Colette, Roland Dorgelès, Rudyard Kipling), membres de grandes familles royales (la princesse Hélène de Grèce, la petite-fille du prince de Monaco, le prince héritier de Perse). La presse française et internationale est elle aussi sur le devant de la scène : Henri Béraud pour la presse d'opposition, H. G. Wells pour le compte du Petit journal. La lecture de l'acte d'accusation dure trois heures. La culpabilité de Landru n'a jamais pu être formellement prouvée, les corps des femmes n'ayant jamais été retrouvés. Il est cependant accusé du meurtre de dix femmes et du fils de l'une d'entre elles et condamné à la guillotine. - Branger, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Original press photography, antique silver print on paper and drawn caption under, we see there Landru, hands clasped in the dock, flanked by two gendarmes. Branger purple stamp of the workshop at the back.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 51046
€  450.00 [Appr.: US$ 475.54 | £UK 383.25 | JP¥ 53320]

 
[Affaire Landru] Lot de 25 photographies originales
Agence de reportage photographique Meurisse / Branger / Rol, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. Ensemble de 25 photographies de presse originales, épreuves argentiques d'époque tirées sur papier, tamponées et prséentant des légendes ronéotypées au verso. Un des clichés représentant Landu présente une trace de pliure et une infime déchirure sans manque en partie haute. Rare ensemble de photographies dans un très bel état de conservation. - Deux photographies de Landru en buste - Deux photographies de Mademoiselle Segret, dernière fiancée de Landru - Une photographie de la plaidoirie de Maître Moro-Giafferi - Une photographie du Docteur Paul à la barre - Une phootgraphie des journalistes examinant les boîtes d'ossements - Douze photographies montrant divers participants au procès (témoins, avocats, jurés...) - Une photographie de la maison de Landru à Gambais - Une photographie des pièces à conviction - Une photographie montrant deux gendarmes encadrant la fameuse cuisinière grâce à laquelle Landru se débarrassait des cadavres - Une photographie de la guillotine, ""La dernière fiancée de Landru ! La veuve !"" - Deux photographies du fourgon contenant le corps de Landru après son exécution Surnommé ""le Barbe Bleue de Gambais"", Henri-Désiré Landru (1869-1922) est le protagoniste de l'une des plus grandes affaires criminelles du XXème siècle, devenant le premier tueur en série moderne français. A partir de 1900, après avoir exercé de nombreuses professions pour subvenir aux besoins de sa famille (il a épousé sa cousine, une blanchisseuse dont il a eu quatre enfants), il fait ses débuts dans la carrière de petit escroc. Landru alterne entre des amendes et de courtes peines de prison dont il parvient à éviter l'entière exécution sur la base d'expertises de médecins aliénistes qui le déclarent dans ""un état mental maladif, qui sans être de la folie, n'est plus du moins l'état normal"". En 1914, suite à sa dernière escroquerie, une carambouille concernant l'achat-vente d'un garage, il est condamné à une peine de prison assortie d'une relégation au bagne de Guyane. Il parvient à prendre la fuite, est alors définitivement contraint de vivre dans la clandestinité et très probablement de se débarrasser de victimes qui seraient susceptibles de le reconnaître. La situation économique et sociale de l'époque, à l'aube de la première guerre mondiale, est favorable à son nouveau mode de vie. Sous des noms différents (plus de 90 pseudonymes au total), il se fait passer pour un veuf esseulé et prospère. Il entreprend alors, par l'intermédiaire de petites annonces dans les journaux, de séduire des femmes désireuses de sortir de leur solitude (beaucoup de maris sont tombés au front) et possédant quelques économies ; il promet à chacune le mariage. Il parviendra ainsi à rencontrer près de 300 femmes. Méticuleux, il rédige des lettres et établit une fiche précise pour chaque conquête éventuelle (description physique, situation familiale, fortune et patrimoine...). Il sélectionne les femmes au potentiel intéressant et les invite dans ses garçonnières, des pavillons de campagne isolés d'abord à Vernouillet puis à Gambais dans les Yvelines. Landru les séduit alors en leur promettant la stabilité matrimoniale et subtilise leurs biens avant de se débarrasser d'elles. Les plaintes des Gambaisiens pour des disparitions de villageoises se multiplient et les soupçons se portent rapidement sur Landru, dont la cheminée de la maison, hiver comme été, dégage une fumée noire et nauséabonde. L'avancée de l'enquête est rendue difficile par les nombreuses identités endossées par le suspect. Et c'est par hasard que Landru sera reconnu par un proche de victime, sortant d'un magasin rue de Rivoli et arrêté en avril 1919. Lors des perquisitions des maisons louées par Landru, les enquêteurs retrouvent des débris humains au milieu de tas de cendres. Ils mettent également la main sur une comptabilité très précise (scies, billets de train...) et plusieurs agendas mystérieux. Les cartes d'accès au procès sont limitées, le procès se déroulant à Versailles dans une salle d'audience exiguë, elles sont donc activement recherchées et alimentent un véritable marché noir. Le Tout-Paris est présent : vedettes du music-hall (Mlle Polaire, Mistinguett), romanciers (André Salmon, Colette, Roland Dorgelès, Rudyard Kipling), membres de grandes familles royales (la princesse Hélène de Grèce, la petite-fille du prince de Monaco, le prince héritier de Perse). La presse française et internationale est elle aussi sur le devant de la scène : Henri Béraud pour la presse d'opposition, H. G. Wells pour le compte du Petit journal. La lecture de l'acte d'accusation dure trois heures. La culpabilité de Landru n'a jamais pu être formellement prouvée, les corps des femmes n'ayant jamais été retrouvés. Il est cependant accusé du meurtre de dix femmes et du fils de l'une d'entre elles et condamné à la guillotine. - Agence de reportage photographique Meurisse / Branger / Rol, Paris s.d. [1921], 13x18cm, une feuille. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Original press photography, antique silver print on paper and drawn caption under, we see there Landru, hands clasped in the dock, flanked by two gendarmes. Branger purple stamp of the workshop at the back.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 51051
€  2800.00 [Appr.: US$ 2958.93 | £UK 2383.75 | JP¥ 331770]

 
(LEGER FERNAND (ARON RAYMOND)
L'Âge Nouveau. Idées, Lettres, Arts. N° 42 - Octobre 1949. L'enfant & son destin - L'Art Yougoslave. Revue mensuelle d'expression et d'étude des arts, des lettres et des idées.
L'Age Nouveau, Paris 1949, 18x22,5cm, broché. Edition originale. Couverture imprimée en rouge et noir, dos insolé. Contributions de N. Berdiaeff, M. Arland, G. Truc, R. Aron, A. Vallentin, E. callot, J. Epstein. Ouvrage illustré de reproductions d'oeuvres de Fernand Léger. Agréable état. - L'Age Nouveau, Paris 1949, 18x22,5cm, broché. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition. Cover printed in red and black, back insolé.Contributions N. Berdyaev, M. Arland, G. Truc, Aron, A. Vallentin callot E., J. Epstein. Illustrated work of Fernand Léger's works reproductions. Pleasant state. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 31239
€  50.00 [Appr.: US$ 52.84 | £UK 42.75 | JP¥ 5924]

 
ALMANACH PHALANSTERIEN POUR 1849
La librairie sociétaire, Paris 1849, 10,5x14cm, broché. Edition originale. Dos et plats manquants, agréable état intérieur. Rare. - La librairie sociétaire, Paris 1849, 10,5x14cm, broché. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First edition. Spine and coverslacking, internally good. Rare.
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 14904
€  70.00 [Appr.: US$ 73.97 | £UK 59.75 | JP¥ 8294]

 
[COLLECTIF ]
Almanach royal, année 1771
Chez Le Breton, à Paris s.d. [1771], in-8 (12x20cm), 587 pp., relié. Edition originale. Reliure en plein veau blond moucheté de l'époque. Dos à cinq nerfs orné de caissons et fleurons floraux dorés, ainsi que de pièces de titre et de date de basane blonde. Toutes tranches rouges. Mors fendu sur quelques centimètres en tête. Un coin très légèrement émoussé. Bel exemplaire. - Chez Le Breton, à Paris s.d. [1771], in-8 (12x20cm), 587 pp., relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition. Full speckled calf blond at the time. Back with five nerves decorated with flower boxes and golden jewels, as well as parts of title and date sheepskin blonde. All red edges. Bit split on the top few centimeters. A slightly blunted corner. Nice copy. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 42871
€  350.00 [Appr.: US$ 369.87 | £UK 298 | JP¥ 41471]

 
[COLLECTIF ]
Almanach des muses
Chez Delalain, à Paris 1773, in-16 (8x14cm), viij, (12) 224pp. 4p., relié. Edition originale. Un titre-frontispice gravé. Reliure en plein veau blond marbré et glacé. Dos à nerfs orné. Pièce de titre en maroquin rouge. Coiffe de tête élimée. Bon exemplaire. Cet almanach contient, outre le calendrier de l'année, une suite de pièces, fables et poésies légères de divers auteurs (Dorat, Voisenon, Voltaire, Piron, Marmontel, etc.), une critique des ouvrages parus en 1773 et des spectacles représentés pour cette même année. - Chez Delalain, à Paris 1773, in-16 (8x14cm), viij, (12) 224pp. 4p., relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition. Title-engraved frontispiece. Full mottled calf blond and glossy. Back tooled raised. Part of title in red morocco. Head cap threadbare. Good copy. This almanac contains, besides the calendar year, a suite of rooms, fables and light poems by various authors (Dorat Voisenon, Voltaire, Piron, Marmontel, etc..), A critique of the literature published in 1773 and shows represented for that year. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 38779
€  150.00 [Appr.: US$ 158.51 | £UK 127.75 | JP¥ 17773]

 
[COLLECTIF ]
Almanach des dames pour l'an 1812
Chez J. G. Cotta ; Chez Freuttel & Wurtz, à Tubingue ; à Paris 1812, In 16 (8x12cm), 231pp., relié. Edition originale, illustrée d'une vignette de titre et de huit figures gravées par Lambert d'après des peintures (David...) dont deux portraits, de Me Deshoulières et de Me de Lafayette. Reliure en plein maroquin à longs grains rouge d'époque. Dos lisse orné de trois papillons et de deux fleurons ; roulettes et filets. Frise et filet d'encadrement sur les plats. Tranches dorées. Très bel exemplaire.Calendrier pour l'année ; descriptions des six tableaux et nombreux textes de divers auteurs (Andrieux, Saint-Victor, Ducis, Chateaubriand...) - Chez J. G. Cotta ; Chez Freuttel & Wurtz, à Tubingue ; à Paris 1812, In 16 (8x12cm), 231pp., relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First edition, illustrated with a title vignette and eight figures engraved by Lambert after paintings (David. ..) including two portraits, Me and Me Deshoulières Lafayette. Full red morocco long time grains. Smooth back adorned with three butterflies and two florets; wheels and nets. Frieze and coaching on flat net. Gilt edges. Very nice copy. Calendar for the year; descriptions of six tables and numerous texts of various authors (Andrieux, St. Victor, Ducis, Chateaubriand ...) --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 32426
€  250.00 [Appr.: US$ 264.19 | £UK 213 | JP¥ 29622]

 
[COLLECTIF ]
Almanach des dames pour l'an 1809
Chez J. G. Cotta ; Chez Freuttel & Wurtz, à Tubingue ; à Paris 1809, In 16 (8x12,5cm), 200pp., relié. Edition originale, illustrée d'une vignette de titre et de 6 figures gravées par Lambert d'après des peintures célèbres. En fin d'ouvrage 12 pages à encadrement gravé avec des motifs différents dont les signes astrologiques, un par mois ; la rubrique souvenir devant être remplie par le possesseur. Reliure en plein maroquin rouge à longs grains d'époque. Dos lisse orné à la grotesque avec un fer central irradiant et un semi d'étoiles (le dos évoque les reliures de Bozerian). Frise d'encadrement sur les plats. Rousseurs pâles éparses et rares. Tranches dorées. Très bel exemplaire. L'almanach contient le calendrier pour l'année et de nombreux textes par Ducis, Tissot, Fanny de Beauharnais, Boufflers, Berchoux... - Chez J. G. Cotta ; Chez Freuttel & Wurtz, à Tubingue ; à Paris 1809, In 16 (8x12,5cm), 200pp., relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First edition, illustrated with a title vignette and 6 figures engraved by Lambert after famous paintings. End of the book 12 pages framing engraved with different patterns whose astrological signs, one per month; the memory section to be completed by the owner. Full red morocco long contemporary grains. Smooth back adorned with grotesque with a radiating central iron and semi Stars (back evokes Binders Bozerian). Frieze framing on the boards. Pale foxing scattered and scarce. Gilt edges. Very nice copy. The almanac contains the schedule for the year and many texts by Ducis, Tissot, Fanny de Beauharnais, Boufflers Berchoux ... --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 32425
€  300.00 [Appr.: US$ 317.03 | £UK 255.5 | JP¥ 35547]

 
[COLLECTIF ]
Almanach des dames pour l'an 1829
Chez Freuttel & Wurtz ; Chez J. G. Cotta, à Paris; à Tubingue 1829, relié. Edition originale, illustrée de 8 figures gravées par Delvaux, dont deux portraits de Me Guizot et Me Perier-Candeille. Reliure en plein veau maroquiné rouge d'époque. Dos à faux nerfs orné de fers restauration ; filets à froid et à chaud ; roulette en tête et queue. Filet d'encadrement sur les plats et grande plaque à froid avec successivement un médaillon, un losange et un rectangle, les deux dernières figures avec des gauffrages différents. Tranches dorées. Très bel exemplaire. Calendrier pour l'année ; explication des tableaux choisis et nombreux textes, notamment de Desbordes-Valmore, Victor Hugo, Lamartine... - Chez Freuttel & Wurtz ; Chez J. G. Cotta, à Paris; à Tubingue 1829, relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition, illustrated with 8 figures engraved by Delvaux, including two portraits of Mr. Guizot and Mr. Perier-Candeille. Full Calf red morocco contemporary. Back with false nerves decorated restaurant chains; nets cold and hot; roulette head and tail. Net framework on large baking boards and cold successively with a medallion, a rhombus and a rectangle, the last two figures with different gauffrages. Gilt edges. Very nice copy. Calendar for the year; explanation of selected texts and numerous pictures, including Desbordes-Valmore, Victor Hugo, Lamartine ... --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 32427
€  300.00 [Appr.: US$ 317.03 | £UK 255.5 | JP¥ 35547]

 
Apologie des eglises reformees du Languedoc, où sont contenues leurs justes plaintes, sur le sujet des troubles qu'on leur suscite, & des maux qu'on leur fait souffrir, au prejudice des edits de nos rois
S.n., S.l. [Montpellier ?] [1657], in-4 (22x x17cm), 47 pp., broché. Edition originale. Rare. 2 exemplaires à la BN de France, rien dans les catalogues français et un exemplaire à la British Library. Broché, peut-être retiré d'un livre contenant à l'origine plusieurs pièces. En fin d'ouvrage, acte du synode provincial des églises réformées tenu à Montpellier le 25 avril 1657. Le livre commence ainsi : »C'est avec une extreme passion que le monde travaille à la ruine entière de l'église... » Argument le plus frequemment utilisé par les protestants. - S.n., S.l. [Montpellier ?] [1657], in-4 (22x x17cm), 47 pp., broché. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition. Rare. 2 copies of the BN France, nothing in the French catalog and a copy in the British Library. Paperback, may be removed from a book originally containing several rooms. End of the book, noted the provincial synod of the Reformed churches held in Montpellier on April 25, 1657 The book begins: ""It is with extreme passion as the world works to the utter ruin of the church ..."" argument most frequently used by Protestants. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 13499
€  450.00 [Appr.: US$ 475.54 | £UK 383.25 | JP¥ 53320]

 
Arrest contradictoire de la cour des aydes, d'entre les vendeurs de cuirs de la ville de Chasteau-villain, & les cordonniers d'icelle. Par lequel les dits cordonniers sont condamnez de payer le droict du sol pour livre des cuirs qu'ils ont achetpter au dehors de ladite ville
Chez Pierre Charpentier, à Paris 1634, In 12 (10,5x16,5cm), 6pp., relié. Edition originale. Reliure en demi skivertex XXe imitation cuir. Plats de papier marbré. Titre doré. Bon exemplaire. Mesure protectionniste pour les achats de livres reliés en cuir. L'arrêt rend compte de l'issue favorable du procès intenté par les cordonniers de Châteauvillain. - Chez Pierre Charpentier, à Paris 1634, In 12 (10,5x16,5cm), 6pp., relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition. Half Skivertex twentieth imitation leather. boards marbled paper. Gilt. Good copy. Protectionist measure for purchases of leather bound books. The decision reflects the favorable outcome of the trial by shoemakers Châteauvillain. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 37070
€  150.00 [Appr.: US$ 158.51 | £UK 127.75 | JP¥ 17773]

 
Arrest de la cour du parlement, portant defenses à toutes personnes de quelque qualité & condition qu'elles soient, de donner à jouer, ou de jouer mesme aux foires, aux jeux de hazard, & notamment aux dez & aux jeux appellez le Hoca, la Bassette, le Pharaon, le Lansquenet, la Dupe & le Biriby, sous quelques noms ou formes qu'ils puissent être déguisez. Du 21 mars 1722
chez Louis Denis Delatour & Pierre Simon, à Paris 1722, in 4 (23,5x17cm), 7pp., Un Vol. broché. Edition originale. Broché. Recouvert d'un papier bleu XIXe de réemploi. Arrêt qui fut imprimé la dernière année de la régence du duc d'Orléans, Louis XV sera sacré roi en octobre de la même année, et qui entérine les précédentes ordonnances au sujet des jeux. Alors que l'interdiction visait surtout les personnes de condition, elle touche désormais tout sujet du royaume. - chez Louis Denis Delatour & Pierre Simon, à Paris 1722, in 4 (23,5x17cm), 7pp., Un Vol. broché. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition. Paperback. Covered with a blue nineteenth recycled paper. Judgment which was printed last year of the regency of the Duke of Orleans, Louis XV will be crowned king in October of the same year, which confirms the previous orders on games. While the ban was especially people of condition, it now affects all about the kingdom. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 13981
€  450.00 [Appr.: US$ 475.54 | £UK 383.25 | JP¥ 53320]

 
Arrest de la cour du Parlement, qui fait défenses à toutes personnes de s'assembler ni de s'attrouper, sous quelque prétexte que ce puisse être, le jour de la Pentecôte, pour danser dans la place publique & boire dans les cabarets [...]
Chez P. G. Simon ; Imprimerie royale, à Paris 1781 - 1783, in-4 (19x26cm), 700pp., relié. Réunion exceptionnelle de 120 arrêts concernant essentiellement le règlement de la vie publique. Pagination manuscrite et table des matières permettant de consulter les diverses pièces de ce recueil. Reliure en plein veau marbré d'époque. Dos à nerfs orné, roulettes en queue et tête. Pièce de titre en maroquin rouge. Un manque en tête. Frottements. Un coin émoussé. Outre de nombreux règlements de l'espace public, notamment le trouble de l'ordre public (boissons, jeux, musique, attroupements...) les obligations des hôteliers et auberges ; les divers arrêts concernent également les commerces de bouche, et certaines publications ; on distinguera particulièrement un arrêt condamnant l'Histoire philosophique des deux Indes par Raynal à être lacéré et brûlé. Ensemble fort intéressant qui retrace la vie publique sous Louis XVI, et les nombreux règlements pour toutes choses telle l'interdiction de tuer des veaux de moins de trois semaines pour la boucherie. - Chez P. G. Simon ; Imprimerie royale, à Paris 1781 - 1783, in-4 (19x26cm), 700pp., relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Extraordinary meeting of 120 judgments concerning essentially the rules of public life. Handwritten pagination and table of contents premettant consult the various pieces of this collection. Full marbled calf contemporary. Back tooled raised, wheels and tail head. Part of title in red morocco. A lack in mind. Friction. A dull corner. Besides many regulations of public space, including the disruption of public order (drinks, games, music, gatherings ...) the obligations of hotels and inns; various judgments also apply to merchants, and some publications; we particularly distinguish a judgment condemning philosophical History of the Indies by Raynal to be slashed and burned. Very interesting set which tracks public life under Louis XVI, and many regulations pout all things such as the prohibition to kill calves for slaughter less than three weeks. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 37120
€  1200.00 [Appr.: US$ 1268.11 | £UK 1021.75 | JP¥ 142187]

 
Arrest de la cour du Parlement obtenu par Me Jean Peaucellier, docteur en theologie et soub-penitencier dans Nostre Dame de Paris, en faveur de tous les confesseurs : avec la harangue latine dudict sous-penitencier , et les plaidoyez des advocats
Chez Iulian Iacquin, à Paris 1648, in-4 (17,5x22,5cm), (2) 32pp., relié. Edition originale. Reliure en demi basane tabac milieu XIXe. Dos lisse avec pièce de titre. Un accroc avec manque à la pièce de titre. Frottements. Maître Jean Peaucellier se plaignit en justice d'avoir été floué par un conseiller du roi et maître d'hôtel de la maison du roi de 21400 livres, par un subterfuge et un plan machiavélique. La première partie contient le discours en latin de Peaucellier sur la confession. - Chez Iulian Iacquin, à Paris 1648, in-4 (17,5x22,5cm), (2) 32pp., relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition. Half sheepskin tobacco nineteenth environment. Smooth back with part of title. A snag with the loss of part of title. Friction. Maître Jean Peaucellier complained in court of having been cheated by an adviser to the king and hotel of the house of the king of 21400 books master, through deception and a Machiavellian plan. The first part contains the Latin speech Peaucellier the confession. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 24969
€  150.00 [Appr.: US$ 158.51 | £UK 127.75 | JP¥ 17773]

 
(RODIN AUGUSTE)
L'art et le beau N°12 de la 1ère année
Librairie artistique et littéraire, Paris Décembre 1906, 27,5x35,5cm, broché. Edition originale de ce numéro entièrement consacré à Auguste Rodin. Texte de Gustave Kahn. Ouvrage illustré de reproductions d'oeuvres d'Auguste Rodin. Rare envoi autographe signé d'Auguste Rodin à son ami Bigaud-Kaire. Traces de frottements sur le dos, petites déchirures marginales sur les plats, agréable état intérieur. - Librairie artistique et littéraire, Paris Décembre 1906, 27,5x35,5cm, broché. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First edition of this issue, entirely dedicated to Auguste Rodin. Text by Gustave Kahn. Illustrated with reproductions of Rodin's works. Rare autograph inscription from Rodin to his friend Bigaud-Kaire. Slight rubbing to spine, small marginal tears to covers, internally good. %
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 53943
€  2300.00 [Appr.: US$ 2430.55 | £UK 1958.25 | JP¥ 272525]

 
L'audience des enfers, dialogue entre MM. de Launay, de Flesselles, de Sauvigny & Foulon
Sn., à Paris 1789, in-8 (12x19,5cm), 8pp., relié. Edition originale de cette plaquette. Reliure en plein cartonnage milieu XIXe, recouvert d'un papier à la cuve. Dialogue satirique et imaginaire qui met en scène plusieurs exécutés confessant leurs crimes devant Minos, roi des enfers. La satire justifie les crimes révolutionnaires qui eurent lieu sans procès au nom du crime contre le peuple. - Sn., à Paris 1789, in-8 (12x19,5cm), 8pp., relié. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Edition originale de cette plaquette. Cartonnage milieu XIXe, recouvert d'un papier à la cuve. Dialogue satirique et imaginaire qui met en scène plusieurs exécutés confessant leurs crimes devant Minos, roi des enfers. La satire justifie les crimes révolutionnaires qui eurent lieu sans procès au nom du crime contre le peuple. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 20516
€  100.00 [Appr.: US$ 105.68 | £UK 85.25 | JP¥ 11849]

 
(VITET )
Les barricades, scènes historiques Mai 1588
Brière, Paris 1826, 14x22cm, broché. Edition originale. Une déchirure recollée en pied du dos, un mors recollé, mouillures. Rare. - Brière, Paris 1826, 14x22cm, broché. [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] First Edition. A tear in foot glued back, a joint reattached, foxing. Rare. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!
Librairie Le Feu FolletProfessional seller
Book number: 10069
€  120.00 [Appr.: US$ 126.81 | £UK 102.25 | JP¥ 14219]

| Pages: 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | - Next page